Presse

Qu'est-ce que l’AIYA  l’Antibes International Yachting Academy ?

Le conseil de développement a récemment créé l’Antibes International Yachting Academy.                                                        Le but: mutualiser la formation nautique existante et lui rendre ses lettres de noblesse.

 

Le conseil de développement a récemment créé l’Antibes International Yachting Academy. Le but: mutualiser la formation nautique existante et lui rendre ses lettres de noblesse.

Mutualiser les forces en présence. Ou fédérer pour mieux régner. La formation antiboise en matière de nautisme, c’est-à-dire l’ensemble des métiers qui concernent les membres d’équipage d’un même bateau, était un souhait municipal. Le maire, Jean Leonetti, en rêvait, le conseil de développement de la cité des Remparts l’a fait en créant l’Antibes international yachting Academy (AIYA).

Le constat de départ est simple: "Il s’agit de fusionner les activités portuaires de la commune avec le centre-ville. Mais également d’aménager la zone des Pétroliers du port (1)", explique dans un premier temps Guy Grognet, co-président de la commission de l’aménagement du territoire et du patrimoine. Cette cellule du conseil de développement travaille main dans la main avec la commission de l’économie, de l’emploi et de la formation, et la commission du transport et du logement.

1.500 marins formés chaque année

"Ce sont les deux axes principaux de l’Aiya, confirme ce dernier. Le port Vauban est spécifique. C’est un lieu de formation d’où sortent chaque année près de 1.500 marins." Puisque des écoles existent, pourquoi ne pas les regrouper? "C’est l’idée, si possible, dans un seul et même bâtiment. Pour cela, il faut que les établissements de formation veuillent y aller."

Premier sondé: Bluewater. Basée entre Antibes et Biot, la société est notamment spécialisée dans la formation des différentes professions maritimes. "Aujourd’hui, il n’y a pas d’Antibois, confie Valérie Giraud, assistante de direction de la division recrutement, placement et formation de Bluewater. Et nous voulons justement leur donner un accès à la mer. C’est une industrie très accessible si vous avez les bonnes notions d’anglais. Donc nous essayons de récupérer les étudiants intéressés pour les spécialiser dans un cœur de métier. Ensuite, la société fait jouer son réseau." 

Guy Grognet poursuit: "On a travaillé et on s’est rendu compte que les Antibois ne connaissaient pas le potentiel de formation nautique de leur ville."

"Un marin n’a pas de port d’attache"

L’Aiya permet désormais à un écolier de "pouvoir un jour exercer un métier sur un super-yacht. On entend par là un yacht de plus de 30 mètres. Tous seront des marins. Après, ils peuvent choisir de devenir cuisinier, barman, skipper…".

Petit bémol cher à Guy Grognet, le marin est international. Et le code du travail qu’il doit suivre est, de facto, différent du code français. "C’est compliqué car le monde du travail anglo-saxon est très différent. Le marin est considéré comme un produit de qualité que l’on va vendre aux propriétaires de bateau, souvent par l’intermédiaire du capitaine. Et, à Antibes, on ne veut pas faire du cinq étoiles mais du sept étoiles ! Pour se lancer il faut être conscient qu’un marin n’a pas de port d’attache."

Bilingue, débrouillard, disponible, collectif… les superlatifs ne manquent pas au moment d’évoquer les qualités du membre d’équipage modèle. "La difficulté du moment, c’est de trouver les bons profils. Cela va venir, nous n’avons commencé qu’en janvier dernier. Nous travaillons activement avec le lycée professionnel Jacques-Dolle, notamment pour sa filière électromécanique. Et la faculté des métiers de Cannes pour sa filière hôtellerie. Bluewater, pour sa formation professionnelle du yachting, vient compléter le tableau."

Aiya se pose, de fait, comme un facilitateur. "Notre mission est de trouver des jeunes âgés entre 16 et 18 ans, et de les intégrer à l’un des pôles du coin. On les accompagne afin qu’ils sortent sur le marché de l’emploi des super-yachts avec une vraie chance d’être embauchés." En résumé, avec ou sans diplôme, un étudiant qui désire prendre le large bénéficie désormais d’un outil taillé pour lui. "Avant l’embauche éventuelle, nous accompagnons les jeunes en leur proposant, par exemple, un stage avec la Société nationale de sauvetage en mer. L’Aiya prépare également les marins qui souhaitent se reconvertir. Par exemple un mécanicien qui désirerait enseigner la plongée sous-marine ou piloter les bateaux-navettes."

1. La zone des Pétroliers du port est un territoire qui comprend notamment le Fort Carré, la gare SNCF et la gare multimodale, ainsi que toute la zone littorale du port Vauban.

 

 

 

 

                                                 Jérémy   THOMATIS

                                                   Nice Matin

 

 

 

AIYA

Antibes International Yachting Academy
288 Chemin de Saint Claude Maison des Associations Boite N° 26

06600 ANTIBES

Téléphone :

Salons

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre Association

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Antibes International Yachting Academy